L’art de la rue : un moyen d’expression de plus en plus apprécié et autorisé

A noter que le statut juridique du street art, noté art de la rue en français, varie d’un pays à un autre et semble être relativement compliqué  car l’auteur est usuellement inconnu sinon anonyme d’une part, et la réalisation de l’œuvre d’art n’est pas encore reconnue légale d’autre part.

La pérennité de l’art de la rue est fluctuante.

Comment définir l’art de la rue ? Correspond-il seulement au graphisme ?

L’art de la rue est développé  sous une affluence de formes dans divers endroits, notamment dans la rue ou dans des lieux publics qui conviennent. L’art de la rue peut se manifester sous forme de graffiti, de peinture, de projection vidéo, d’affichage, de pastel. Le terme « art de la rue » ou « street art » désigne un acte de vandalisme dont les auteurs sont des individus qui essaient de défendre leur territoire, qui essaient d’exprimer leur appartenance à un groupe, sinon des individus qui essaient de transmettre des messages parfois sans valeur artistique. 

art-de-la-rue.jpg

A cet effet, l’art de la rue ne se limite pas à la réalisation de graphisme dans la rue et sur les murs. Occasionnellement, le street art est utilisé pour afficher la vision politique au cas où celle-ci blesse les individus. Ces derniers, parfois habiles en art de la rue, veulent performer  sans autorisation ni consentement des dirigeants. Ils réalisent leur art sans tabous, sans frontière, sans limite.

Quelles sont les peines juridiques en cas d’acte de destruction de matériel volontaire ?

Des pays et/ou des villes sont un peu stricts par rapport à l’art de la rue et mettent en place une législation pour le contrer. Le street art est classé comme acte de vandalisme, car certains artistes détruisent ou dégradent des biens d’autrui lors de la sa réalisation.   Si ces destructions  et/ou dégradations sont volontaires,  la peine varie selon le dégât. Par exemple, si le dégât est relativement léger, l’amende peut aller jusqu’à 1.500€ et d’un travail d’intérêt général. Si le dommage est relativement important, la peine d’emprisonnement peut aller jusqu’à 2 ans et 30.000€  d’amende. Les peines sont autant aggravées  si la dégradation consiste à intimider un témoin ou une victime, à toucher un policier, un magistrat, le conjoint, des descendants ou ascendants, etc.

Author: Philippine

Share This Post On